Les Karamazov. Vidéo, 1:06 sec. 2015




La révolte est aussi métaphysique.

Ce grand bleu au-dessus de nous, parfois gris, parfois noir. Il nous prend les nôtres et arrose le sol qui nous alimente.
A-t-on vraiment trahi sa confiance quand on a touché au seul arbre qu'il nous interdisait de goûter ? C'est son accusation. On lui répond : " Ce fruit nous est fondamental ".
Parfois il nous bénit, parfois il nous maudit. Ses interdits sont nombreux et ça nous interpelle. On ne peut partager le même espace sans se poser des questions, sans se taquiner, sans chercher à se connaître, c'est notre devise à nous, les humains. Sans cela, on se lance et se relance le châtiment. Sans cela, la négation serait fatale.

Se connaître davantage, c'est là toute la question. Comment le faire entre père et fils ! Abraham allait immoler Isaac, Gregor Samsa (De Métamorphose kafkaïenne) se fait lapider par son père à coups de pommes.
Chez moi les rôles sont inversés, c'est le fils qui rafale le père, armé de centaines de pommes.

Entre utopies et réalités, malentendus, dialogues rompus, incompréhensions, dépassements, curiosités... L'homme cherche à composer avec le reste de son espace.


(Le titre de la vidéo est en résonance avec le titre du roman de Fiodor Dostoïevski " Les Frères Karamazov ". La vidéo est réalisée à la Saline royale d'Arc et Senans, ou, " La Cité des Utopies ")



























Vues lors du tournage de la vidéo