Corrida. Installation : Bâche de protection, 8 x 5 m. 3 Ventilateurs. Pinces à papier. 2017








L'installation est minimale, un petit spectacle sans moyens. Une bâche d'abri récupérée. Bleue, usée, trouée, rapiécée de scotch par endroits, comme des pansements posés sur des plaies.
La bâche est attachée avec des pinces à papier à trois ventilateurs de différentes tailles. Ils lui soufflent dessus à pleine force et la soulèvent. Ils peignent des vagues déchaînées, dessinent une scène d'un tremblement de terre, d'un renversement de terre, comme suite à une explosion de bombes.
Ce souffle, une brise douce pour certains, un vent fort pour d'autres ; fait réveiller, sinon resurgir et bouger une sorte de dragon, de créature maritime...


Le titre de l'installation quant à lui, se veut comme une clé de cette pièce, et semble nous tenir la main et nous inviter à le suivre ; il est clair et direct : Corrida. Cette pratique criminelle qui consiste à exciter un taureau, à s'amuser de sa souffrance en le torturant. Et enfin, l'assassiner vicieusement sous le regard et les applaudissements d'un public malsain.

Moumen remplace la Muleta (Rouge) par une bâche (Bleue) usée au format rectangulaire, le format d'une carte du monde. Par ce fait, on est directement concerné. Et il semble remplacer le ou les Toreros par les ventilateurs qui agitent la bâche, cette même carte du monde. Reste à savoir qui est le taureau ?! Seul le public peut choisir où se situer dans ce spectacle. Librement choisir l’interprétation de l'oeuvre.

Qu'est-ce-qu'une guerre ? C'est attiser les braises, exciter la violence. La Corrida de Moumen est irréfutablement la métaphore d'une mer agitée (sans doute la Méditerranée d'aujourd'hui, le plus grand cimetière de l'étranger), d'un gigantesque feu, de soulèvements populaires sanguinaires.
Corrida résonne aussi comme une dénonciation, peut-être de ceux à qui profite le chaos dans le monde, ceux-là même qui excitent les braises, dansent autour des conflits, applaudissent les noyades... soufflent sur la misère humaine.






















Vues lors d'une exposition